13 novembre 2017
Written by 

Projet d’appui à l’accroissement de la résilience des ménages ruraux pauvres

Projet d’appui à l’accroissement de la résilience des ménages ruraux pauvres et vulnérables dans 8 communes des provinces du Yatenga et du Loroum de la région du Nord

Objectifs globaux :

L’objectif global du projet est « Contribuer à améliorer durablement la sécurité alimentaire et nutritionnelle des ménages pauvres et vulnérables, en accroissant leur résilience aux crises ».

Objectif spécifique :

L’objectif spécifique est « Améliorer les capacités des ménages pauvres et très pauvres de la zone cible à développer leurs activités de production agrosylvopastorale, en vue de renforcer les revenus endogènes et leurs capacités de résistance aux crises productives et nutritionnelles ».

DOMAINES D'INTERVENTION DU PROJET

Le projet intervient dans les domaines de la sécurité alimentaire, de la Nutrition, de la production animale, de l’environnement.

BUDGET TOTAL

Le budget total du projet est de 1 755 268 €, soit 1 151 380 331 FCFA

PARTENAIRES DU PROGRAMME

Les partenaires du projet sont :

  •      Union Européenne : Partenaire Technique et Financier principal. Elle contribue pour 1 565 353 € (90%), soit 1 026 804 257 FCFA
  •     SOS Sahel France : Bénéficiaire de l’action. Elle contribue pour 189 915 € (10%), soit 124 576 074 FCFA
  •    SOS SAHEL International Burkina Faso est le 1er partenaire technique chargé de la mise en œuvre du projet.
  •     FEPA-B est le partenaire professionnel local de mise en œuvre via ses animateurs
  •      Les groupements et les populations : bénéficiaires de l’action
  •      Les communes : maîtres d’ouvrage de l’action
  •     Les conseils villageois de développement (CVD) : maîtres d’ouvrage délégués de l’action
  •     Les services techniques déconcentrés (agriculture, élevage, environnement, santé et action sociale) : Partenaires techniques d’exécution au niveau local

ZONE D'INTERVENTION

  •       Le projet intervient dans la région du Nord et dans les Provinces du Yatenga et du Loroum. Il couvre huit (8) communes à savoir : Bahn, Sollé, Titao, Ouindigui ; Kain, Koumbri, Barga et Barga.

DUREE

4 an

Résultats attendus

  •      La production agrosylvopastorale des ménages pauvres et très pauvres est augmentée, diversifiée, valorisée, leur cheptel reconstitué s’accroit, des surplus commerciaux apparaissent de façon durable ;
  •       Résultat attendu 2 : Les pratiques alimentaires des ménages pauvres sont améliorées, notamment pour les enfants de 0 à 2 ans, et les jeunes mères ;
  •       Résultat attendu 3 : Les capacités des bénéficiaires et acteurs locaux de mise en  œuvre sont renforcées par la mise en place d’outils et méthodes organisationnels appropriés pour la diffusion vers et depuis les ménages cibles, et pour la durabilité (développement participatif)
  •  

        Activités menées et résultats obtenus par résultat attendu dans la mise en œuvre du projet du PRORESI

Résultat attendu 1 : La production agrosylvopastorale des ménages pauvres et très pauvres est augmentée, diversifiée, valorisée, leur cheptel reconstitué s’accroit, des surplus commerciaux apparaissent de façon durable

Activités menées

Résultats obtenus

R1.A1

Accroissement de réalisation et productivité des techniques CES/DRS (demi-lunes, zaï, etc), pour la récupération de terres, une meilleure gestion des eaux (ruissellement) et des agressions érosives, en vue d'une plus grande productivité vivrière avec l’utilisation des filets sociaux en année 1

  •     62 comités villageois de gestion des kits CES/DRS ont été mis en place ;
  •    Huit (8) sessions de formation en gestion du matériel (une session/commune) ont été organisées à l’intention de ces comités, et ont touché 308 membres dont 38 femmes et 270 hommes ;
  •       Des kits de petits et de gros matériels ont été acquis et livrés aux 60 villages cibles du projet. Le matériel est composé de : 121 houes kassines, 89 charrettes, 83 brouettes blindées,  4 869 pioches, 4 704 pelles, 110 barres à mine, 1 360 arrosoirs, 77 dames, 55 masses de 5 Kg, 70 râteaux, 36 mètres à ruban, 22 niveaux à eau et  470 paires de gants.
  •       3 163 personnes ont été formées sur les techniques de récupération des terres dégradées à travers le zaï et les demi-lunes améliorés dont 2 434 hommes et 729 femmes ;
  •       Pour la technique du zaï mécanisé à l’aide de la houe kassine, 2 694 personnes ont été formées dont 2 038 hommes et 656 femmes ;
  •     Une étude de capitalisation sur l’insertion et l’appropriation de la houe kassine a été réalisée avec l’appui du Centre Technique d’Amélioration de la traction Asine (CTAA) de façon conjointe avec SOS SAHEL afin de guider le projet pour une meilleure introduction de l’outil dans la zone d’intervention ;
  •      Résultats obtenus au cours de la campagne agricole 2015-2016 : 3 555 ha de terre ont été aménagées dont 3 750,43 ha de zaï et 7,22 ha de demi-lune.

R1.A2

Appui à l’aménagement et l’exploitation de bas-fonds rizicoles, et maraichers

  •     Pour la campagne agricole 2015, huit (8) bas-fonds ont été aménagés avec une superficie totale de 114 hectares et un taux global d’exécution des travaux de 74,24% ;
  •       En termes de quantité de moellons attendue pour couvrir l’ensemble des diguettes matérialisées. cinq (5) bas-fonds ont été couverts à 100% et les trois (3) autres sont couverts à 50%.
  •     Le projet a bénéficié de l’assistance du PAM  en cash for work au profit des populations des villages bénéficiaires pour une valeur de 38 400 000 F CFA, soit 58 540 euros dans le cadre de l’aménagement des bas-fonds. Au total 32 000 hommes/jours de travail ont été mobilisés ;
  •       1120 parcelles ont été dégagées au profit de 1 120 exploitants. Pour 7 bas-fonds, la superficie d’une parcelle fait 1000 m2. Seul le bas-fond du village de Barga où chaque parcelle mesure 900 m2
  •      Pour la mise en valeur des bas-fonds,5,6 tonnes de semences de riz de la variété FKR 19 et 6,7 tonnes d’engrais dont 4,45 tonnes de NPK et 2,25 tonnes d’Urée ont été livrées sur les huit (8) bas-fonds ;
  •      En outre, 707 producteurs et productrices (300 au Yatenga et 407 au Loroum) ont été formés sur les techniques de production du riz et en gestion de groupement
  •      Résultats de la campagne : 46,19 ha de bas-fonds ont été mis en valeur et une production totale de 161,31 tonnes de riz a été obtenue, soit un rendement de 3,49 tonnes/hectare.

R1.A3

Appui à aménagement et exploitation de périmètres maraîchers (femmes)

  •     22 ha de nouveaux périmètres maraîchers ont été aménagés sur 5 sites ;
  •    880 femmes ont été formées sur les techniques de production maraîchère (oignon, choux, tomate, et pomme de terre) ;
  •     9 comités de gestion des périmètres maraîchers réalisés ont été formés sur l’organisation et la gestion des périmètres maraîchers ;
  •     9 comités de gestion  des périmètres maraîchers réalisés ont été formés sur l’utilisation des motopompes et la gestion de l’eau ;
  •      Pour la mise en valeur de ces 5 nouveaux périmètres maraîchers des intrants ont été acquis et fournis aux exploitantes. Ces intrants sont composés de :
  •       36 Kg de semences d’oignons violet de Galmi ;
  •       2,5 tonnes de semences de pomme de terre (variété Sahel) ;
  •       1,25 Kg de  semences de choux  ( variété King of king Cross)
  •       1,25 Kg de semences de tomate (variété Cobra)
  •       4,4 tonnes d’engrais NPK (14 23 14)
  •       2,2 tonnes d’Urée (46%) ;
  •       66 litres et 350 grammes  de produits de traitement.
  •      Résultats de la campagne sèche 2014-2015:
  •     2,15 ha de périmètre maraîchers exploités pour l’oignon avec 7,91 tonnes de production soit 3,67 tonnes/ha sur 2 périmètres (Rim et Ingaré).
  •     2,26 tonnes de pomme de terre produites sur 0,1 ha soit un rendement de 22,6 tonnes/ha sur 2 périmètres (Rim et Kerga)
  •      Résultats de la campagne hivernale 2015:
  •      Oignon : 0,59 ha exploité pour 5,216 tonnes d’oignon soit 8,84 t/ha
  •     Maïs : 0,52 ha exploité pour 1,63 tonnes de maïs, soit un rendement de 3 t/ha.
  •      Aubergine : 0,34 ha exploité pour 1,41 tonnes, soit 4,11t/ha.

R1.A4

Appui à la production de petits ruminants

  •     100 bénéficiaires ont été identifiés dont 50 hommes et 50 femmes dans 5 villages (20 bénéficiaires/village) ;
  •      Pour l’engagement des bénéficiaires à rétrocéder une brebis à une autre personne après deux ans d’activité mais aussi pour le respecter et l’application des itinéraires techniques recommandés dans l’élevage des ovins, 100 contrats d’exécution ont été signés entre bénéficiaires, FEPAB et SOS SAHEL ;
  •     Cinq (5) sessions de formation sur l’alimentation, la prévision des maladies, et les techniques de culture fourragère ont été réalisées avec l’appui des services techniques de l’élevage au profit des 100 bénéficiaires (50 femmes et 50 hommes) ;
  •      2 tonnes de semences fourragères ont été acquises et fournies aux bénéficiaires pour la culture fourragère. Ces semences sont composées de : 750 Kg d’arachide variété TE3, 750 Kg d’arachide variété  QH 243 C et 500 Kg de niébé  variété   KVX 745 11P;
  •    Un appel d’offres a été lancé pour la fourniture des ovins et des aliments. Les fournisseurs ont été sélectionnés et les contrats sont en cours de finalisation.

R1.A5

Appui à la production de volailles

  •      150 bénéficiaires ont été identifiés dont 135 femmes et 15 hommes vulgarisateurs volontaires villageois (VVV) dans 10 villages (15 bénéficiaires/village) ;
  •       Pour le respect du protocole d’exécution, 150 contrats ont été signés entre bénéficiaires, FEPAB et SOS SAHEL ;
  •    Dix (10) sessions de formation sur l’hygiène des habitats, l’alimentation et la prévision des maladies ont été réalisées avec l’appui des services techniques de l’élevage au profit des 150 bénéficiaires (135 femmes et 15 hommes) ;
  •      Le projet a appuyé la construction de 150 poulaillers traditionnels améliorés à travers la fourniture de 300 sacs de ciment, 150 portes en tôle et 450 fenêtres en grillage pour l’aération.
  •      Un appel d’offres a été lancé pour la fourniture de la volaille et des aliments. Les fournisseurs ont été sélectionnés et les contrats sont en cours de finalisation.

R1.A6

Appui à la promotion des PFNL (Moringa, néré, arbres fourragers, …..) et arbres fruitiers

Des activités de sensibilisation ont été menées dans l’ensemble des villages cibles pour susciter l’adhésion des populations au système du reboisement par contrat.

R1.A7

Mise en place d'un réseau de fourniture/vente d'intrants de proximité, et promotion de l'accessibilité aux intrants

  •    Les démarches pour l’obtention des sites d’installation des huit boutiques ont été entreprises et les 4 sites du Yatenga ont été acquis. Pour le Loroum, les démarches sont toujours en cours auprès des nouvelles autorités communales (les délégations spéciales) ;
  •      En outre, les huit (8) comités de gestion des boutiques ont été mis en place.
  •     Une stratégie de mise en place des boutiques d’intrants a été élaborée.

Résultat attendu 2 : Les pratiques alimentaires des ménages pauvres sont améliorées, notamment pour les enfants de 0 à 2 ans, et les jeunes mères

Activités menées

Résultats obtenus

R2.A1

Renforcement des capacités pour la prévention de la malnutrition (formations, détection, production, usages pour farines infantiles)

  •        60 comités villageois de nutrition (CVN) ont  été mis en place
  •        Des TDR ont été élaborés pour la formation de ces comités.

Dans le cadre de la mise en œuvre du programme blanket feeding du PAM dans la région du Nord, SOSSIBF a été sollicité pour la mise en œuvre du projet dans la zone d’intervention du PRORESI. Pour ce projet de lutte contre la malnutrition, 298 tonnes de farine « Super Céréale Plus » ont été distribuées au profit de 20 598 enfants de 6-23 mois. Avec ce projet, au moins  20 000 femmes ont été touchées par les actions de sensibilisation sur les pratiques de l’alimentation du nourrisson et du jeune enfant (ANJE). En outre, 20 702 enfants ont été dépistés : 1 495 enfants MAM et 104 enfants MAS retrouvés ont été référés dans les formations sanitaires pour des traitements.

Résultat attendu 3 : Les capacités des bénéficiaires et acteurs locaux de mise en  œuvre sont renforcées par la mise en place d’outils et méthodes organisationnels appropriés pour la diffusion vers et depuis les ménages cibles, et pour la durabilité (développement participatif)

     

R3.A1

Mise en place d'un réseau de producteur en appui conseil de gestion sous l'égide d'une OP faitière

Elaboration des TDR de réalisation d’une session de formation sur le CEF

R3A2

Promotion de l’organisation professionnelle des acteurs, pauvres en particulier, à leur service 

Cette activité n’a pas pu être réalisée 

Tableau 24 : Activités de coordination et de suivi-évaluation du projet

Activités menées

Résultats obtenus

A1

Organisation de rencontres mensuelle de l’équipe opérationnelle

Quatre (4) rencontres mensuelles de l’équipe opérationnelle du projet ont été organisées à Ouahigouya.

A2

Participation aux rencontres mensuelles des coordonnateurs de projets

Participation à neuf (9) rencontres mensuelles des coordonnateurs de projets.

A3

Elaboration des rapports narratifs et financiers de l’an 1 du projet

Les rapports narratifs et financiers intermédiaires N°2 du projet ont été élaborés

Le premier audit des comptes du projet a été réalisé

A4

Réception de mission

Le projet a reçu au cours de l’année 2015, les missions de suivi et d’appui-conseil suivant :

  •      Une mission conjointe du Directeur Afrique de l’Ouest de SOSSIF et du Directeur Exécutif de SOSSIBF en mai 2015 ;
  •      Une mission conjointe de FEPAB Loroum et Yatenga et des services techniques de l’agriculture en juillet 2015 ;
  •       Une mission du bureau du CA/SOSSIBF en août 2015 ;
  •      Une mission conjointe du Chargé de mission de SOSSIF, M. SOME et du Chargé de programme de SOSSIBF en septembre 2015.

Activités prévues non réalisées

Les principales activités programmées qui n’ont pas connu de réalisation sont :

  •       Construction des infrastructures de stockage et de conservation des oignons et pommes de terre ;
  •       Mise en place des boutiques d’intrants ;
  •       Mise en place des champs écoles.

Difficultés rencontrées et pistes de solution

Les principales difficultés rencontrées au cours de l’année sont les ruptures de financement occasionnant le ralentissement de la mise en œuvre de certaines activités.

Conclusion, perspectives, recommandation

La mise en œuvre du projet pour cette seconde année s’est globalement bien déroulée. Le taux d’exécution globale de l’année est satisfaisant même si des activités planifiées n’ont pas été mis en œuvre en raison de rupture de fonds. Les produits obtenus sont également satisfaisants.

Pour l’année 2016, un accent particulier sera mis sur les activités programmées qui n’ont pas pu être réalisées. 

Pour efficace mise en œuvre du projet, les acteurs de mobilisation et de mise à disposition des fonds aux équipes opérationnelles doivent travailler à rendre disponibles à tout moment les ressources nécessaires à l’exécution du projet



Leave a comment

Make sure you enter the (*) required information where indicated. HTML code is not allowed.

Newsletter SOSSIBF

Conditions d'utilisation
Je m'abonne gratuitement à la newsletter

Copyright © 2017 SOS SAHEL Burkina Faso - Tous droits réservés

                             Mentions légales     Conditions d'utilisations     Nous contacter